Avez-vous hâte, les golfeurs, de vous élancer?

 

Le bon vieux temps

C’était en automne 2019, au Golf Le Riviera, à Saint-Bruno-de-Montarville, au Québec. À ce moment-là, personne ne se doutait de la pandémie de la COVID-19 qui allait tous nous frapper de plein fouet. Il faisait un temps radieux. En fait, j’étais trop chaudement vêtu ce jour-là, mais je ne m’en plaignais pas : je jouais au golf, au grand air!

Nous sommes le 30 avril, et tous les terrains de golf sont prêts, mais fermés. Pourtant, s’il y une activité où la distanciation sociale est chose aisée, c’est bien le golf! D’ailleurs, de nombreux pays ont laissé les parcours de golf ouverts durant la première vague de la pandémie tout en imposant des règles strictes de confinement à domicile. Je sais : nous en avons pour plusieurs mois, sinon un an ou deux avant le retour à la normale, si normale il y aura. Par la normale, j’entends un semblant de normale.

Le respect de la distanciation sociale : le respect des autres

Pendant ce temps, le gouvernement rouvre les écoles primaires et les commerces de détail ayant pignon sur rue. Vous croyez que les enfants et les foules respectent la distanciation sociale, vous? Moi pas : Je me fais constamment doubler de près par des gens à l’épicerie et sur les pistes cyclables quand j’y marche : vélos, trottinettes électriques, patineurs à roues alignées croient qu’ils ne posent aucun danger parce qu’ils passent rapidement à côté de nous. Ils nous arrivent par derrière sans crier gare. Je me pousse très loin sur l’herbe de côté en les entendant arriver derrière moi, à condition que le bruit des avions en partance de l’aéroport Saint-Hubert ne soit pas plus fort que le bruit de leurs roues. À vrai dire, je me tourne constamment la tête pour voir si l’un de ces énergumènes n’est pas sur le point de passer.

Les golfeurs sont des gens respectueux des règles

J’en viens à me demander si l’ordre de réouverture des entreprises n’est pas uniquement justifié par l’économie. Évidemment, comme la plupart d’entre nous, je ne veux pas de deuxième vague d’infestation. QUE NON!!! Et je comprends bien aussi le souci qu’ont les gouvernements de vouloir repartir l’économie moribonde. Mais, quand même, entre marcher dans une épicerie ou sur une piste cyclable bondée de gens faisait fi de la distanciation sociale, je préfère de loin marcher sur un parcours de golf avec des gens respectueux des règles. Le golf n’est-il pas l’un des rares sports, voire le seul, où le joueur se pénalise lui-même pour avoir enfreint une règle?

Les golfs se sont adaptés

Les golfs qui sont restés ouverts durant la pandémie ont tôt fait de s’adapter à la nouvelle réalité :

  • Le drapeau et sa tige ont été remplacés par la coupe virée à l’envers. Celle-ci dépasse de quelques centimètres la surface du vert. Une balle qui la touche est dite calée dans le trou;
  • Les râteaux et autres accessoires du genre ont été retirés des parcours pour éviter une contamination croisée;
  • Pour être deux par voiturette électrique, il faut habiter ensemble dans la vie, sinon une seule personne y prendra place;
  • Interdiction de partager son équipement;
  • Aucun service de restauration, ni même service intérieur, etc.

Deux poids, deux mesures

Bref, il n’y a pas lieu de craindre une deuxième vague d’infestation à cause du golf. Alors pourquoi attendre et mettre en péril une industrie créatrice d’emplois déjà vacillante? C’est sans compter les règles fiscales inéquitables : aucuns frais de représentation ne sont autorisés pour les golfs, alors qu’ils le sont pour de nombreux autres commerces, dont les restaurants et la location d’une loge au Centre Bell! Moi-même, qui suit professeur de golf, je ne peux déduire les droits de jeu ou frais d’abonnement à un golf sur mes impôts. Le golf, c’est bon pour la santé, et ça devrait être déductible d’impôt pour tout le monde. N’y a-t-il pas des déductions pour la pratique des sports par les jeunes? C’est quand on est vieux qu’il faut prendre davantage soin de sa santé, non? Serait-ce plus payant de nous bourrer de pilules et de nous “parquer” dans des maisons de retraite?

En attendant que nos gouvernements retrouvent leur esprit, je vous invite à perfectionner votre golf à la maison.

Lecture complémentaire sur Golf Martial Lapointe : COVID-19 : Patience…